Catégories
Mode Société

VOTRE RAPPORT A LA MODE RESPONSABLE.

Etant de plus en plus intéressée par une consommation plus responsable de la mode, j’avais envie de connaître différentes opinions à ce sujet. La mode responsable/ éthique/ éco-responsable (appelez la comme vous le désirez) est un sujet qui fait de plus en plus de bruit. Cependant, parce que l’industrie du textile est gigantesque et peu parfois nous paraitre (trop) lointaine pour nous concerner, on peut facilement passer à côté de ses enjeux qui sont pourtant si important.

J’avais très envie de mieux connaître vos points de vue sur le sujet, de plus en plus relayé, qu’est celui d’une consommation plus responsable de mode. Après m’être posé la question de comment procéder pour vous demander vos avis, j’ai choisi de vous confectionner un petit questionnaire composé de 6 questions assez simples sur votre rapport à la mode responsable. Le but premier de ce questionnaire était d’écrire par la suite un article composé de petites interviews. Cependant, ayant obtenu bien plus de réponses que ce que j’osais espérer, j’ai décidé de changer légèrement le format de cet article.

Après avoir lu soigneusement toutes vos réponses, il a fallu que je fasse un choix. Malheureusement, je ne pouvais pas publier chacune de vos réponses pour chacune des questions posées mais seulement quelques-unes (essayez d’imaginer seulement la taille de l’article sinon). Ce fût un travail assez compliqué car vos réponses étaient toutes plus intéressantes les unes que les autres mais j’ai finalement fait le choix de publier les réponses les plus développées et surtout des réponses qui n’allaient pas forcément toutes dans le même sens afin de pouvoir essayer de refléter au mieux plusieurs opinions divergentes.

Cet article n’a pas la prétention (ni la chance) de refléter au mieux la population française, il réunit seulement les réponses des personnes qui ont bien voulu donner leur avis sur le sujet en répondant à mes questions.

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont bien voulu m’accorder un peu de leur temps afin de contribuer à cet article. J’espère que l’ensemble des réponses sur ce sujet, dont la voix se fait de plus entendre (même si elle n’est pas pour autant toujours écoutée), vous intéressera autant qu’il m’a intéressé ! Bonne lecture à vous !

Quelle place occupe la mode dans ta vie de tous les jours ? Pourquoi ? Qu’est-ce que la mode peut t’apporter (ou non) au quotidien (bien-être, confiance en soi, amusement, perte de temps etc…) ?

Eva, 21 ans, étudiante en école d’ingénieur : Alors c’est différent selon les différentes périodes de ma vie ! Au collège, je voyais vraiment ça comme une façon d’être acceptée par les autres, d’être dans la norme. Si je voulais absolument une veste American Apparel ou un sac Vanessa Bruno c’était plus pour avoir l’air « stylée » que parce que l’article en question me plaisait vraiment à moi. Au lycée c’est plutôt devenu un moyen de me mettre en valeur physiquement, de me donner confiance en moi. Et en prépa, c’était un moyen de relâcher la pression ! Le week-end j’allais souvent dévaliser Zara parce que ça me faisait trop du bien, j’avais l’impression de recevoir une « récompense » ou un cadeau et je me sentais satisfaite après avoir fait ça. Et depuis que je suis en école d’ingénieur par contre j’achète beaucoup moins de choses ! Parce que j’essaye d’acheter des pièces de meilleures qualité (donc plus chères), parce que j’ai accumulé tellement de fringues que j’en ai trop à mettre, et parce que j’essaye de limiter ma consommation. 

Anonyme : J’aime beaucoup être bien habillée, avec des vêtements pas forcément de grandes marques mais bien coupés et élégants. En tant que femme dans les sciences, je ressens le besoin de combattre le stéréotype de la scientifique qui s’habille mal ( cf Amy dans Big Bang Theory) et je veux être sur mon 31 un peu tout le temps, et changer, innover souvent. 

Paul, 21 ans, étudiant en école d’ingénieur : J’aime être « bien habillé » (selon mes goûts personnels, du moments). Pour moi la tenue en dit long sur la personnalité, en tous cas de façon générale (l’habit ne fait pas le moine rappelons-le). Je pense qu’il peut permettre de gagner en confiance en soi (« bien dans ses baskets ») et être source de créativité pour certains. En ce qui concerne ma consommation, je suis loin d’être un acheteur compulsif, j’achète rarement mais quand je le fais c’est souvent des vêtements neufs.

Vadim, 21 ans, Communication Officer en alternance : Pour moi, la mode a une place significative dans le quotidien de chacun. Cependant, j’ai l’impression que la place de la mode dans nos mœurs tient plus du devoir de s’accorder à la tendance actuelle que par nos propres goûts. Pour ma part, mes préférences évoluent au fil du temps, et la mode aujourd’hui est très importante pour moi. Je considère que les vêtements d’un individu sont en quelque sorte la vitrine de lui/elle-même. 

Pierre, 23 ans, étudiant en école d’ingénieur : Une place importante car je considère que la manière dont on s’habille reflète notre personnalité. Je pense qu’elle m’apporte avant tout de la confiance en moi et donc du bien être car en étant à l’aise avec mon style vestimentaire je me sens « bien dans ma peau » donc plus apte à me confronter à mon environnement social.

Léa, musicienne : La mode me permet dans la vie de tous les jours de mettre en valeur mon corps et d’assumer mon caractère. C’est aussi un vaste terrain de jeu, plein d’originalités possibles. Sur scène, ça me permet de me démarquer.

Ghislain, 22 ans, étudiant en droit : La mode occupe une place pas spécialement très grande dans ma vie de tous les jours. Je ne suis pas un passionné de mode. Mais j’aime m’informer et suivre certains créateurs et marques que j’apprécie. Selon moi, s’habiller de la manière que l’on aime offre un boost pour la confiance en soi et c’est aussi un moyen d’afficher sa personnalité et son « univers ».

Steffi, 23 ans, étudiante en Master Digital Marketing et Innovation en alternance dans une entreprise d’assurance-crédit : Pas une grande place ! Je n’aime pas suivre les codes de la mode, à part ceux qui vraiment sortent du lot. J’aime néanmoins prendre soin de moi, et chaque habit est soigneusement choisi lors de mes sorties shopping. J’aime le fait qu’un vêtement puisse me mettre en valeur, mais parfois les essayer en magasin et voir qu’ils ne me vont pas peut me rendre triste. Eh oui ! C’est un bon passe-temps mais j’en abuse pas vraiment, je n’achète pas toutes les semaines ni tous les mois des habits.

Benoît, 22 ans, étudiant en droit : La mode n’occupe pas une grande place dans ma vie de tous les jours ; sûrement parce qu’elle ne fait pas partie de mon éducation. Néanmoins, la mode peut m’apporter du bien-être, de la confiance en moi et de l’amusement au quotidien. 

Marina, 21 ans, designer d’espace et architecte d’intérieur free-lance: Je dirais que la mode a une place plutôt « banale » dans ma vie, je ne suis pas une passionnée de mode, mais comme tout le monde, je m’habille, et j’aime voir ce qu’il est possible de faire dans ce domaine. Je n’ai pas de style particulier, enfin, je ne l’ai pas encore trouvé. Mais je dois avouer qu’il est bon parfois de s’apprêter, pour un petit boost de confiance en soi, pour valoriser son image si besoin il y a (entretien, rendez-vous, rencontre…).

Maxime, 21 ans, étudiant en droit : C’est d’une part plaisant car je trouve que les vêtements que l’on porte sont une manière d’exprimer notre personnalité, mais d’autre part cela peut être frustrant en raison du jugement que certains peuvent rapidement porter en se basant sur eux.

Mathias, 20 ans, étudiant en école d’ingénieur : C’est un peu une perte de temps en général, et plus un problème de pression sociale qu’autre chose au fond.

Anonyme : Je m’en fou. La mode pour moi, c’est plus une prise de tête et superficiel.

Hugo, étudiant en bts : Perte de temps et trop polluant.

Est-ce qu’aujourd’hui tu es intéressé(e) par une consommation plus responsable du vêtement ? Si oui : Pourquoi ? / Depuis quand ? Si non : Pourquoi ?

La plupart des participants ont répondu par oui à cette question. Certains d’entre vous semblent être réellement intéressés par le sujet mais n’appliquent pas encore de gestes au quotidien. De mon point de vue, une « simple » prise de conscience est déjà tout à fait honorable même si elle n’est pas encore suivie d’actions concrètes. C’est clairement la première étape vers un changement progressif de nos modes de consommations excessifs.

Anonyme : Oui, je me pose beaucoup de questions sur ma consommation de vêtements. J’ai réussi à réduire le reste (transport en commun, peu de viande…) et ça reste le point le plus difficile. Depuis un an environ quand j’ai dû partir à l’étranger et apprendre à vivre avec peu d’affaires, j’ai commencé à me rendre compte que j’avais trop de choses. Maintenant je n’achète que si je suis sûre de le mettre souvent et que je n’ai rien de similaire.

Benoît, 22 ans, étudiant en droit : Oui parce qu’une consommation plus responsable du vêtement participe au développement durable et au changement de notre mode de vie consumériste. Son effet bénéfique pour notre planète est aujourd’hui sous-estimé. 

Noémie, 22 ans, travaille en cabinet d’expert comptable : De base je ne m’y intéressais pas du tout. Puis j’ai commencé à m’y renseigner notamment via ton blog et je me suis rendue compte que j’allais essayer de changer certaines de mes habitudes pour que ma consommation devienne plus responsable. Cependant, je pense qu’il est plus facile de s’habiller en friperie par exemple quand tu as déjà un style vestimentaire assez vintage. Sinon, c’est difficile d’y trouver des choses qui correspondent à un style plus moderne.

Quentin, 21 ans, étudiant en école d’ingénieur : Oui car je pense que l’industrie textile est polluante et que chaque industrie doit faire des efforts. Cela passe avant tout par la consommation individuelle qui doit sans doute être réduite.

Léa, musicienne : Oui je m’y intéresse, depuis plus d’un an. Je suis concernée par l’état lamentable de notre planète et essaie de mettre mon grain de sel pour la sauver, notamment avec la mode. Et comme je sais coudre, acheter de la seconde main me permet de pouvoir créer des pièces uniques avec mes petites mains

Nathalie, 55 ans, responsable administrative et financière : J’avoue ne pas trop m’être renseignée sur le sujet. Je suis toujours inquiète quand j’achète à bas prix de la façon dont tout cela est fabriqué. Je fais de la couture et je connais le prix des matières premières en France donc il y a un problème mais l’étiquetage ne donne pas assez d’info (traçabilité du début à la fin). Cependant, je déteste jeter, je donne d’abord à des gens que je connais puis à des associations. J’achète parfois aussi dans des recycleries ou brocantes depuis longtemps. Mais je le fais pour le plaisir de trouver des choses originales et pas trop chères, je n’aime pas faire du shopping vestimentaire.

Ghislain, 21 ans, étudiant en droit : Oui, j’ai un intérêt pour une consommation plus responsable. Depuis, à peu près 2-3 ans, j’ai arrêté de consommer dans des enseignes de prêt-à-porter qui pratiquent la « fast fashion ». Je me suis rendu compte que l’industrie du textile était l’une des plus polluantes au monde. Ce qui m’a poussé vers une consommation légèrement plus responsable.

Héloïse, 28 ans, étudiante en communication : Oui mais j’ai besoin que cela ne soit pas trop cher. 

Marina, 21 ans, designer d’espace et architecte d’intérieur free-lance : Oui et non : oui dans le sens où j’ai une personnalité qui tend à s’engager dans tout ce qui me tiens à cœur, et ma façon de penser évolue chaque jour un peu plus vers un mode de vie plus responsable. J’utilise Vinted depuis des années et suis ravie de pouvoir donner une seconde vie à mes vêtements plutôt que de les jeter. Cependant, je ne suis pas une mordue de mode et je continue à consommer des habits « grand public » de la fast fashion (type Zara), parce qu’ils me plaisent, tout simplement, et qu’ils sont « peu cher » (malgré que Zara se prenne parfois pour une marque de luxe à 30.00€ le t-shirt) comparés aux habits de « petites marques » faits main en coton bio made in France… même si j’aimerais beaucoup valoriser le travail de nos artisans français et de nos jeunes créateurs etc… je choisis la solution de facilité… même si je ne suis pas fière de moi! 

Maxime, 21 ans, étudiant en droit : Intéressé, oui, depuis quelques années où j’ai pris conscience des enjeux écologiques. Mais ma consommation de vêtements n’est pas responsable pour autant. Sûrement par soucis d’accessibilité

Steffi, 23 ans, étudiante en Master Digital Marketing et Innovation en alternance dans une entreprise d’assurance-crédit : Oui beaucoup !!! Depuis 1 ou 2 ans, je suis beaucoup plus éco-responsable dans ma vie quotidienne. Les habits est l’étape suivante mais j’ai peur de perdre tous mes habits haha!

Certains d’entre vous ont répondu « non » à la question. Le plus souvent, ce « non » semble traduire le fait vous aimeriez avoir cette prise de conscience mais que vous ne l’avez pas (encore) eue. Souvent, cette réponse est aussi donnée par des personnes qui ne considère pas la mode comme un élément très important de leur vie quotidienne et qui préfèrent s’engager vers une consommation plus responsable dans d’autres domainesCes personnes ne pensent pas avoir à ralentir leur consommation de vêtement qui est déjà très faible.

Pierre, 23ans, étudiant en école d’ingénieur : Non car je ne considère pas avoir une consommation déraisonnable et qu’il faut savoir se renouveler dans sa garde-robe. Comme je l’ai dit précédemment, notre style vestimentaire reflète notre personnalité et notre personnalité évolue. Il est ainsi cohérent que notre garde-robe évolue.

Thomas, 21 ans, étudiant en école d’ingénieur : Non c’est un sujet que je n’ai pas vraiment exploré j’ai vu quelques initiatives notamment Veja mais sans réellement comprendre les enjeux.

Vadim, 21 ans, Communication Officer en alternance : Non, cela n’est pas dans mes habitudes je n’ai pas le réflexe de regarder les détails liés à ce critère lorsque j’achète un vêtement.  

Trouves-tu que l’information sur les enjeux de la mode responsable et sur l’industrie du textile en général est accessible ? Si oui, de quelle manière te renseignes-tu sur le sujet ? Où trouves-tu l’information ? Si non, sur quel(s) sujets te sens-tu mal informé ?

Pour les questions qui vont suivre, j’ai fait le choix de réunir vos réponses sous forme de listes lisibles sans forcément citer de noms car, très souvent, j’avais des réponses similaires. Peut-être que ces listes vont amèneront à vous poser certaines questions que, comme moi, vous ne vous étiez pas forcément posées auparavant.

Sur l’accessibilité de l’information :

Pour certains d’entre vous, ce sujet est très peu traité et diffusé dans les médias généralistes. De ce fait, vous ne vous rendez pas vraiment compte de ses enjeux et donc vous n’avez jamais vraiment chercher à vous renseigner sur le sujet.

Pour d’autres, lorsque l’on veut en savoir plus sur les enjeux d’une consommation plus responsable de la mode, la seule solution est de faire les recherches dont on a besoin par soi-même. De nombreuses personnes ont répondu que l’on peut facilement passer à côté du sujet si on n’y fait pas attention car le sujet est peu abordé dans les médias. Ainsi, il en ressort que le manque d’information sur le sujet se fait largement ressentir chez la plupart d’entre vous. Cependant, si on désire vraiment des renseignements, il faut se retrousser les manches et fouiller par soi-même.

Et quel est le meilleur moyen pour trouver de l’information par soi-même en 2020 ? Le web bien entendu. Cependant, un anonyme souligne qu’il faut aussi rester vigilant et avoir un certain esprit critique lorsque l’on fait des recherches sur le sujet car sur Internet, on peut trouver un peu tout mais aussi n’importe quoi.

Où trouves tu de l’information au sujet de la mode responsable ?

  1. Grâce aux communications faites par les marques mais je reste attentif au greenwashing (:  méthode de marketing consistant à communiquer auprès du public en utilisant l’argument écologique. Le but du greenwashing étant de se donner une image éco-responsable, assez éloignée de la réalité).
  2. Internet regorge d’informations à qui souhaite les trouver et s’y intéresse.
  3. Sur les réseaux sociaux (beaucoup de comptes engagés, de médias…).
  4. Les médias généralistes en parlent de plus en plus.
  5. Sur des médias indépendants/alternatifs qui se développent en parlent de manière récurrente et font beaucoup de sensibilisation à ce sujet.
  6. En regardant des films/documentaires.
  7. Grâce aux personnes qui essayent d’influer sur la mode éco-responsable avec leur marque et par des reportages ou même des podcasts.
  8. Certains influenceurs le mettent en avant sur les réseaux sociaux.
  9. Sur Instagram (@dreamact_eu par exemple), des podcasts, des videos YouTube (@MyBetterSelf) et ton site évidemment !
  10. Sur des sites internet scientifiques comme celui de l’ADEME (agence de la transition écologique).
  11. Grâce à des exposés dans des association écolos.

Y-a-t-il des questions concernant l’industrie de la mode (en général ou plus précisément de la mode responsable) que tu te poses et auxquelles tu n’arrives pas à avoir de réponse ? Si oui, lesquelles ?

  1. Pourquoi ces prix chez les marques éthiques ? Les hauts prix sont-ils vraiment dus à la meilleure qualité du produit ou plutôt à l’effet marque ?
  2. Existe-t-il un label vert pour les vêtements ?
  3. Pourquoi nos vêtements sont si chimique alors qu’il est largement possible de faire ça de manière bien plus écologique (teintures végétales, matières naturelles, tissus recyclés/recyclables….) ?
  4. Comment avoir des informations sur les lieux et conditions de fabrication des produits que l’on achète en ligne ?
  5. Comment tenter de mieux consommer le vêtement sans se ruiner pour autant ?
  6. Le modèle économique de cette industrie est-il modulable de telle sorte qu’il mette la main-d’œuvre en sécurité et qu’il préserve notre environnement et donc notre santé ?
  7. La stratégie de cette industrie est-elle capable d’évoluer vers une production plus responsable du vêtement ?
  8. J’aimerai avoir des chiffres sur l’impact de l’industrie de la mode sur l’environnement.
  9. Quelle est l’emprunte carbone d’un vêtement ?
  10. Quelle est la marge faite par les grandes enseignes sur mon vêtement de fast fashion ?
  11. Est-ce que les marques de fabrication de vêtements tentent vraiment d’être plus responsables écologiquement ?
  12. La traçabilité de fabrication, pourquoi est-ce si compliqué d’obtenir des informations sur la provenance d’un vêtement ?
  13. Comment rendre la mode responsable accessible ?
  14. Quelle est la signification de « responsable » au niveau de la fabrication de vêtements (matières premières ?, qui fabrique ?, dans quelles conditions…) ?
  15. De quelle manière sont fabriqués les vêtements éco-responsable? Quels sont le processus et les normes mis en place ?
  16. Que veut vraiment dire « responsable » dans « mode responsable » ? Quels sont les critères ?
  17. Pourquoi les gens continuent à faire du shopping ?  

Appliques-tu des gestes dans ton quotidien en faveur d’une consommation plus responsable du vêtement ? Si oui, lesquels ? Ex : baisse de la consommation, tri, revente de vêtements, échange, seconde main, marque éthiques etc. Si non, pourquoi ?

J’ai également fait le choix pour cette question de constituer, grâce à vos réponses, une liste qui je pense pourra être inspirante pour nous tous.
  1. Je donne toutes mes affaires à des centres de collectes ou à des associations.
  2. Je consomme chez des marques comme Tom ou Panafrica qui font des dons, qui sont plus « fair trade ».
  3. J’essaie de trouver des marques plus responsables que Zara ou H&M etc mais après c’est tout de suite plus cher.
  4. J’essaie de moins acheter et de ne pas aller faire des magasins alors que je n’ai pas forcément besoin de quelque chose.
  5. J’essaie de ne plus acheter mes vêtements dans les grandes enseignes de prêt-à-porter qui pratiquent de la fast fashion.
  6. J’essaie de réduire ma consommation de vêtement en général.
  7. J’achète beaucoup moins de pièces qu’avant je privilégie la qualité à la quantité.
  8. J’utilise des applications mobiles comme Vinted pour mes habits très peu portés et qui valent le coup d’être vendus pour leur donner une seconde vie et me faire de l’argent.
  9. J’arrête au maximum ces sites qui vendent des vêtements clairement Made in China.
  10. Je fabrique par moi-même ou je customise de temps en temps mes vêtements.
  11. J’aimerais apprendre à coudre pour confectionner mes propres pièces.
  12. J’aime beaucoup coudre donc je couds certain de mes habits que je n’aime pas trop pour les arranger selon mes préférences.
  13. J’essaie maintenant d’acheter des pièces « essentielles »/classique qui vont un peu avec tout et que j’aimerai toujours.
  14. Je consomme peu et quand je consomme, ça n’est quasiment plus que de la seconde main ou des marques éthiques.
  15. J’essaie d’éviter désormais les t-shirts gratuits et de mauvaise qualité que l’on peut recevoir lors d’évènements.
  16. Je me fringue uniquement chez Emmaüs, Secours Populaire, ressourceries, sauf les sous-vêtements (en grande surface), et les chaussures (en pointure 48 c’est difficile de trouver).
  17. Je fais souvent le tri dans mes vêtements et je les donnes à des amis.

Quels sont les gestes qui sont plus compliqués à intégrer dans vos quotidiens :

  1. Je n’arrive pas forcément à acheter des produits de seconde main.
  2. Je trouve qu’en France, les friperies restent un peu trop marginales et hippies.
  3. Je ne pratique pas la revente de vêtements, ni l’échange.
  4. Par facilité je ne vais pas chercher du seconde-main de moi-même, à l’exception des vêtements très peu dégradables comme des vestes en jean.
  5. J’aimerais avoir cette prise de conscience mais je ne l’ai pas vraiment eue pour le moment. 
  6. J’essaie (en vain) de vendre mes vieux vêtements sur des applications comme Vinted.
  7. Pas encore d’achat de marque éthique car trop cher.
  8. Je ne crois pas aux marques éthiques (pour moi, c’est de la « croissance verte » et c’est impossible).

Si vous êtes arrivés au bout de ce long article c’est qu’il a dû (un minimum) vous intéresser haha ! Cependant, le questionnaire a pu vous passer sous le nez et peut-être que voulez, vous-aussi, me donner votre avis sur la question. Si c’est le cas, n’hésitez pas me contacter via le compte Instagram : madein1998.fr (que je vous conseille de suivre de près si vous voulez rester au courant de ce qui se passe sur MADE IN 1998.).

Vous pouvez trouver le lien du compte juste en bas de la page en cliquant sur le petit logo Instagram qui s’affichera à vous.

Merci de m’avoir lue et merci encore à toutes les personnes ayant participé au questionnaire !

A venir : De nombreux outils pour vous informer sur la mode responsable et sur ses enjeux.

Par MADE IN 1998.

Le rendez-vous préféré des grands curieux : sujets de société, mode (éco)responsable, monde du numérique, voyages et culture. Ici, on parle de sujets qui m’inspirent et qui peuvent aussi inspirer ma génération (mais pas que!).

16 réponses sur « VOTRE RAPPORT A LA MODE RESPONSABLE. »

Coucou,

Ton article est très intéressant. Les personnes semblent prendre conscience de l’urgence de changement son mode de consommation mais je pense que ça prendra du temps avant d’être vraiment appliqué. En toit cas je trouve que ton article est bien rédigé. J’ai beaucoup aimé lire les témoignages 🙂

Bise

Aimé par 1 personne

C’était vraiment fascinant de lire tous ces points de vue ! J’ai eu une prise de conscience il y a quelques années, pendant lesquelles je n’ai fait presque aucun achat de vêtements car je n’avais pas les moyens d’investir dans autre chose que la fast-fashion, sans pour autant vouloir consommer ce type de produit. J’en reviens un peu notamment parce que je suis tombée enceinte et que pour les vêtements de grossesse et pour bébés c’est très compliqué. Je réfléchis donc à comment allier mon besoin d’exprimer mon identité par mes vêtements tout en ayant une démarche responsable, mais c’est compliqué !

Aimé par 1 personne

Merci pour cet article !
C’est tellement important et un vrai casse-tête. L’industrie du textile est tellement polluante.
Je préfère acheter des vêtements plus chers mais dont je peux suivre la traçabilite et qui vont durer longtemps.
Et je m’assure de remettre toujours les vêtements ensuite dans un circuit de seconde main.

Aimé par 1 personne

Coucou,

Je suis ce qu’on appel assez engagée !
Je consomme bio (du vrai bio…), en vrac, je cuisine beaucoup, je fais ma lessive, lave ma vaisselle avec du savon de Marseille, bref, je fais beaucoup de choses !
Malgré tout, je suis loin d’être parfaite, il y a encore des efforts à faire !

Les vêtements, ce n’est pas un problème, je n’en ai pas beaucoup…mais alors vraiment pas beaucoup ! C’est surtout parce que je ne trouve rien qui soit fait pour moi (grande, forte poitrine, grand buste, grande jambe, des rondeurs = une galère) alors ça réduit le champ des possibles ! Quand je trouve miraculeusement quelque chose qui me plaît et me va, je le garde des années. Exemple, mon jean Bréal noir était passé niveau couleur, un coup de teinture et hop il est reparti pour des années !

Belle journée,
Laura – Happy Lobster

Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s